Menu

Feuilles d'automne

Planète Terre

Vivre en paix

Libre de choisir la date de sa fête

Mercredi 30 décembre 2020 - Paysages colorés

Icône de saint Étienne

S'il semble difficile de modifier la date de son anniversaire, il est facile de choisir celle de sa fête.

Si dans votre univers familial vous avez l'habitude de souhaiter les fêtes, vous n'avez pas de chance de vous appeler Stéphane, Stéphanie, Stefan, Steven, Esteban, Stefano... Une fête qui tombe entre Noël et Nouvel an (le 26 décembre) ne peut que proclamer votre inexistence. Même avec de l'affection et de la bonne volonté de la part de votre entourage, à la lumière de ces deux soleils de fin d'année, vous ne pouvez que disparaître dans les nuits les plus longues.

Pourtant, si vous n'êtes pas catholique, qu'est-ce qui vous empêche de changer la date de votre fête ? Au lieu de fêter Saint Etienne, le 1er martyr de la chrétienté, le 26 décembre, pourquoi ne fêtez-vous pas Stéphane ou Stéphanie à la date qui vous convient ?

A une époque où on revendique la liberté de faire ce qu'on veut, c'est bien le moment d'en profiter. Là au moins, vous appliquez de manière intelligente le concept de liberté, à la différence de ceux et celles qui se croient libres de faire tout ce qui leur passe par la tête, sans comprendre que la plupart du temps, loin d'être libres, ils et elles sont soumises à une religion, une idéologie ou une mode. Le sentiment de liberté à notre époque est une lubie au mieux rigolote, au pire destructrice et mortifère. La plupart du temps l'idée de liberté est incohérente et conduit celles et ceux qui se contentent d'idées simplistes à la catastrophe.

Aucun risque de dérive sectaire ou terroriste avec votre calendrier perso, que vous n'imposez à personne puisque justement il est personnel.

Ainsi vous pouvez choisir une date de fête qui vous arrange, pour n'importe quel prénom, sans chercher à la justifier. Peu importe que votre prénom ne dérive pas de celui d'un saint ou d'une sainte, peu importe si vos parents ont choisi un prénom religieux sans vérifier la date de sa fête. Vous êtes libre de faire ce que vous voulez et cela ne dérange personne.

La plupart du temps on ne se rend pas compte à quel point on vit dans la culture d'une époque révolue, dans une pensée magique. Pas étonnant que des femmes soient encore maltraitées par des hommes. Rien d'étonnant à ce que, collectivement, les femmes ne soient pas considérées à égalité avec les hommes. Ce sont les idées, dont on n'a pas toujours conscience, qui empêchent les changements de culture nécessaires à l'évolution de nos sociétés.

En ce qui me concerne, pour ne plus fêter la saint Jacques, j'ai déplacé ma fête du mois de juillet au mois de septembre, ce qui a eu pour conséquence de l'éloigner de mon anniversaire. Le plus rigolo : comme après plusieurs années de pratique, je n'ai toujours pas mémorisé la date, je suis obligé de consulter mon calendrier.

Illustration : Icône de saint Étienne tenant un encensoir dans la main droite symbolisant le diaconat et de sa main gauche un voile rouge relatif au martyre - Octave 444, CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons

Laïcité

On parle beaucoup de laïcité. Mais fait-elle partie de notre culture ? Ou bien n'est-ce qu'un fantôme, comme l'égalité entre les femmes et les hommes ?

Le Dieu infiniment bon et le Dieu tout-puissant peuvent prêter à ricaner. Pour autant, les gens non-croyants sont-ils athées ? J'en doute. Je suppose plutôt que la plupart des incroyants sont agnostiques. Ils ou elles doutent, ne croient pas, mais restent ignorants de l'origine du monde et de la nature des choses.

Que notre Univers provienne du Big Bang et finisse par se perdre dans la fin des temps ou qu'il rebondisse dans l'infiniment long, l'explication scientifique ne fait que repousser la question de Dieu, l'énigme de l'origine du monde.

La position athée de celle ou celui qui nie l'existence de Dieu, de n'importe quel dieu ou déesse, est très difficile. Après la protestation des vieux anticléricaux tous morts à présent, qui a conduit à la séparation de l'Église et de l'État, la certitude que Dieu n'existe pas demande beaucoup de force de caractère ou, selon la position déiste, d'inconscience.

Mais là, on parle de Dieu, de croyance, de religion. On ne parle pas de laïcité. Chrétien, païen, agnostique, athée, on parle de croyance religieuse. Or une école laïque, un état laïc, ce sont une école indépendante, un état indépendant des religions, où on s'oblige à une neutralité par rapport à ces sujets. Concrètement, à l'école on n'est pas neutre, on n'en parle plus !

Clocher d'église

Clocher de l'église d'Autoire (Lot) - Photo Jacques Bouchut

Jusque dans les années 1950 en France, qu'on soit catholique, protestant, juif, musulman, croyant à autre chose, agnostique ou athée, on vivait au rythme des cloches des églises, qui sonnaient les quarts d'heure. Les églises étaient pleines le dimanche des catholiques qui communiaient après s'être confessé le samedi. Actuellement, le peu de prêtres qui subsistent ont été recrutés à l'autre bout du monde et officient dans des églises vides. Pourtant, le calendrier des saints et des fêtes catholiques continue de rythmer l'année, dans un monde qui a profondément changé depuis au moins 60 ans. Ceux qui souhaitent une bonne fête ne fêtent pas le prénom, Pierre ou Marie, mais bien la Saint Pierre ou la Sainte Marie.

Les clochers des églises sont silencieux, mais chaque jour, entre deux sonneries de téléphone mobile, nous continuons à vivre dans une culture catholique, avec des rituels d'un autre temps. Les communautés ne sont plus religieuses dans leurs paroisses, elles sont virtuelles dans les réseaux sociaux.

Pourtant, le pape ne dicte plus la loi de l'Eglise aux rois et aux reines depuis des siècles. Les chefs d'États de notre époque suivent les lois du Marché, les injonctions du capitalisme.

Alors non, mon calendrier en 10 fêtes laïques n'est ni païen, ni athée. Et oui, il est laïc. C'est un calendrier indépendant des religions, petit pas modeste pour s'éclaircir les idées et se libérer des horribles confusions.

Une idée de calendrier en 10 fêtes laïques

C'est quoi ce Carnaval traditionnel ancestral ?

- Haut -