Menu

Feuilles d'automne

Planète Terre

Vivre en paix

Septième nocturne

Mercredi 9 septembre 2015, 11:20 - Parcs et Jardins

Derrière la vitre électrique, le rivage de la Mer de tranquillité défilait en silence limpide. Joz aimait beaucoup le contraste des couleurs, entre le rivage clair, la mer grise, le ciel bleu sombre, presque noir. Les 3 parties, séparées par 2 frontières, une ligne sinueuse au rythme des vagues déferlant sur le sable, une ligne rectiligne à l'horizon, en fait une surface grise dans des nuances de vert, mouvante agitée turbulente, les 3 parties du tableau forment l'ensemble, indissociable, qu'il interprète froid, figé, explosif, qui évoque pour lui l'esprit en sommeil. Ou plutôt une vigilance de l'esprit. Comme s'il y avait de l'esprit dans ce bleu particulier, du sommeil dans ce gris-là, et quoi ? une force ? une énergie ? une vibration ? C'est un sommeil à la façon qu'ont les chats de dormir l'oeil-oreille ouvert. Vigilance involontaire, naturelle, inévitable.

Je suis en attente de quelque chose, pensa Joz. En attente de quelque chose qui ne vient pas. Ou si elle est déjà venue, cette chose, je n'ai pas su la reconnaître.

S'il vous arrivait à vous aussi de sortir de chez Mme Kawakami à la nuit tombante, vous vous sentiriez peut-être comme obligés de marquer une halte pour regarder ce paysage de désolation.

Parce que tu crois qu'il y a quelque chose après ? Bonjour bonsoir, et si y a rien ? Si c'est rien qu'il y a, tu passes ta vie à attendre plus tard ? à attendre rien ? Jamais tu décides ? Jamais tu choisis ?

Mais si le Soleil n'est pas encore complètement couché quand vous arriverez au pied de la côte qui grimpe vers chez moi, arrêtez-vous sur le petit Pont de l'Hésitation et retournez-vous vers ce qui reste de notre ancien quartier de plaisir.

C'est idiot de dire plus tard. Plus tard, trop tard. Plus tard, c'est quoi ? Plus tard t'es mort, c'est tout. C'est aussi stupide que ça. Plus tard, trop tard.

Un cimetière, dit Mme Kawakami.

Maintenant par exemple, tu descends où ? là.

Ouh là là, tu n'en sais rien ? Plus loin, plus tard, après, on verra bien.

Bravo ! c'est qui ? ce on.

Tu le connais ?

Texte publié dans Un autre livre.

- Parcs et Jardins - Haut -