Menu

Feuilles d'automne

Planète Terre

Vivre en paix

L'incroyable découverte du premier blog de l'humanité

Samedi 1e juillet 2017 - Landes et Forêts

C'est en Sibérie, dans l'archipel de Novocybère, que l'archéologue Arq Eole a fait une découverte incroyable, tout a fait par hasard. Alors qu'il recherchait, avec son équipe, un mammouth congelé dans le permafrost, il a exhumé un reste de tissu, une sorte de filet de pêche. En l'observant à la lumière rasante du Grand Nord, il s'est rendu compte que ce filet comportait des messages en vieux Russe, le Cybère.

La datation précise de ce vestige est en cours à l'Université de Johannesburg.

Arq Eole affirmait qu'il s'agit là d'un vestige d'un Internet primitif, le premier blog de l'histoire du monde, datant du néolithique.

A cette époque donc les cybernautes communiquaient à l'international grâce à d'astucieux filets de pèchemel, posées en bas des hauts fonds de la mer de Cybersko, ancien nom de la mer de Sibérie orientale.

Filet de pèchemel en Sibérie au néolithique

Ces anciens Russes avaient résolu la quadrature du Cercle polaire en étudiant, avec une pertinence stupéfiante, le vol des cormorans au-dessus de la mer Kas-π-N. Forts de cette technologie en avance sur leur temps, ils postaient des postites cybérants.

Les postites accrochés au filet de pèchemel retrouvé par Arq Eole sont en cours de traduction à l'Ecole de langues anciennes d'Acapulco.

Filet de pèchemel en Sibérie au néolithique

En attendant d'en savoir plus, Arq Eole nous a livré, en exclusivité, son interprétation :

Arq Eole nous disait son émotion quand il a lu, dans ce dialogue de Pla Ton et d'Epi Kur, le mot cybère "blokh", qui ne peut, selon lui, qu'être interprété par "blog".

Le billet semble être intitulé Potes à Gora ou Prote à Goras, un truc du genre.

Mais tout cela reste à être confirmé par la traduction précise confiée aux experts en Cybère d'Acapulco.

Cependant, il est à noter la tragique disparition d'Arq Eole : le filet de pèchemel était infesté de virus. Heureusement, les membres de son équipe n'ont pas été contaminés : Arq Eole, très précautionneux, avait tenu à manipuler seul sa découverte archéologique.

Photos : Jacques Bouchut

- Landes et Forêts - Haut -