Menu

Feuilles d'automne

Planète Terre

Vivre en paix

Inventaire avant liquidation

Mercredi 8 octobre 2014, 09:43 - Echos Parlants

La première réserve naturelle a été créée par le Congrès américain, en 1832, dans l’Arkansas : Le Hot Spring Reservation, devenu parc national en 1880.

A peu près à la même époque, ont été créées les premières réserves indiennes, dans le grand élan des Européens d'Amérique vers l'Ouest. De son côté, l'empire britannique massacrait ou déportait les populations en Afrique du Sud, au Canada, en Australie, aux Indes, l'empire colonial français en Algérie, etc, etc... Massacres et déplacements de populations ont joyeusement rythmé le 19e siècle.

Le Yosemite, protégé d’une exploitation privée en 1864, est devenu parc national en 1890. Cependant, le premier parc national est le Yellowstone, créé en 1872. Jusqu'en 1912, 14 parcs nationaux ont été créés aux USA.

L'empire britannique a créé de son côté, en 1871 en Australie le National Park, au Canada le Glacier National Park et le Banff National Park en 1886 et 1887, en Nouvelle-Zélande, le Tongariro National Park en 1894.

Afin de protéger la faune décimée par la chasse, Paul Kruger, président de la république du Transvaal, a créé la première réserve africaine en 1898, qui est devenue parc national en 1926, par regroupement de plusieurs espaces protégés.

Au 19e siècle, des Européens expatriés ont inventé la protection de la nature, plantes et animaux, en même temps qu'ils ont tenté de faire disparaître les Amérindiens, les Aborigènes, les tribus autochtones du sud de l'Afrique...

A la suite des guerres coloniales, des guerres napoléoniennes (1792-1815 : 4 à 7 millions de morts), les massacres de populations se comptent en millions de morts : guerre de 1914-18 (plus de 18 millions de morts), massacres en Chine entre 1927 et 1950 (plus de 5 millions de morts), guerre de 1939-45 (plus de 60 millions de morts), dont l'atomisation de Hiroshima et Nagasaki, guerre d'Indochine, puis du Vietnam (plus de 5 millions de morts entre 1946 et 1975), la guerre de Corée 1950-53 (4,5 millions de morts)...

Mais pour le moment, les êtres humains encore vivants peuvent découvrir avec bonheur ce qu'il reste de vie sauvage à travers le monde. Par exemple, sur A part soi, le blog de Richard Gonzalez, photographe de talent qui pose un regard inspiré sur le monde : le Léopard, les Eléphants d’Afrique de savane, le Lion, le Guépard...

Réserves, montage photo Jacques Bouchut

Amer : Terre mère avec réserves, Jacques Bouchut, octobre 2014
Montage photos avec emprunts du côté de A part soi.

Sous le regard effaré du léopard je lis ceci : les grands animaux d’Afrique incarnent notre part d’ombre. Notre part d'ombre, certes, en gardant à l'esprit que les animaux grands et petits, n'ont jamais détruit ni leur environnement, ni leurs congénères.

Alors que de nombreuses espèces d'animaux partagent un même territoire en même temps, il est effarant de constater que des groupes humains sont incapables de cohabiter, à défaut de s'entendre, de régler leurs conflits autrement que par les armes : catholiques et protestants en Irlande, chrétiens et musulmans au Liban, juifs et musulmans en Israël et Palestine, musulmans sunnites et chiites au Proche-Orient, etc... Au 21e siècle les sociétés en sont encore à redéfinir leurs frontières séparatistes : Wallons et Flamands en Belgique, Espagnols et Catalans, Britanniques et Ecossais. En toute impunité, on peut massacrer en Syrie ou en Ukraine, comme on l'a fait en Yougoslavie, au Rwanda, au Cambodge, en Indonésie, au Tibet, en Algérie...

Elle est où la vie sauvage ? Au fait ça veut dire quoi sauvage, une bête sauvage, une véritable sauvagerie ? Et puis : civilisé, civilisation ? Et encore : humain, bestial ?

L'histoire est saturée des bonnes intentions de quelques individus malfaisants et nuisibles, qui entraînent les foules imbéciles et qui ont fait dire à tort que l'homme est un loup pour l'homme (La comédie des ânes de Plaute, vers 195 avant JC). A tort parce que le loup n'est pas si bête. A tort parce que tout le monde n'est pas d'accord avec cette marche du monde.

- Echos Parlants - Haut -