Menu

Feuilles d'automne

Planète Terre

Vivre en paix

Fiction blog : quand les personnages n'en font qu'à leur tête et ne sont absolument pas en quête d'auteur

Samedi 4 avril 2015, 21:39 - Du Vent dans les Branches

Du bancal et de la gratuité, une façon d'être au monde, pour un auteur de fictions.

Vous prenez un blog, vous savez ce machin qui marche à l'envers : quand vous faites défiler les billets vous remontez dans le temps. Exactement comme lorsque vous regardez dans une lunette astronomique vous voyez le passé et plus c'est loin et plus c'est ancien. Seulement si vous suivez l'actualité du blog vous pouvez lire les billets dans leur ordre de parution, vous pouvez lire l'histoire de façon chronologique. Quand vous revenez un peu plus tard, de nouveaux billets ont été publiés, le blog a changé.

Bien. Petite digression le temps d'un soupir.

Alors que la perfection est une quête sans fin, pas besoin de réfléchir, il faut juste travailler, travailler, travailler, le bancal nécessite une réflexion afin de savoir où et quand on s'arrête d'améliorer l'affaire (littérature, peinture, musique, danse, etc...).

La quête de perfection est un cercle de douleur, une machine à fabriquer des handicapés. Par exemple, les athlètes de haut-niveau, les jeux olympiques. L'esprit de compétition poussé au bout de l'absurde. Image : l'enfer.

Chien de nuit, photo Jacques Bouchut

Le bancal est un jeu très jouissif. Et pour cela, le blog (coucou, fin de la pause, nous y voici), le blog est un remarquable moyen de se faire plaisir. Le blog en marche est par essence un monde bancal, car c'est un domaine du déséquilibre : chaque billet vient bousculer l'état précédent du blog, détruire son éventuelle cohérence, tout en construisant une nouvelle identité. Quand vous écrivez un blog, vous êtes un funambule qui se maintient en vie dans le mouvement. Vous vivez dans la précarité.

A ce stade je vous avertis, si vous cliquez sur le lien qui vient, votre lecture de la suite de ce billet sera différente de n'avoir point cliqué. Smoking / No smoking. Donc, un blog comme Jardin de pierres est un blog de personnages, un blog de fictions avec des personnages qui publient des billets et font (parfois) des commentaires.

Personnages, photo Jacques Bouchut

Etrange objet, où, même si on est prévenu(e), il est difficile de ne pas se laisser prendre, à un moment ou à un autre, à penser que chaque billet est rédigé par un auteur différent. Un auteur, pas un personnage.

Qu'est-ce que ça change par rapport à un simple blog de textes de fiction ? Et bien, cela change tout de la lecture : alors qu'habituellement un billet est immédiatement attribué à son auteur, dans un blog de personnages l'auteur joue à cache-cache derrière ses personnages. Du recul que prend l'auteur, de la distance ainsi créée naît un nouvel itinéraire de lecture, sinueux, fait d'aller-retour, d'humour. Et je ne parle pas des liens qui permettent, en plus, de varier la navigation, d'inventer de nouveaux chemins de lecture.

Ainsi, sauf exception, l'auteur ne parle plus directement à ses visiteurs. Pourtant, un blog de personnages n'est pas un recueil de nouvelles et encore moins un roman. Contrairement à la fiction classique, ici, ça part dans tous les sens. Ou du moins, le visiteur choisit de lire ce qu'il veut, comme ça lui chante. Il peut zapper quelques billets et s'arrêter sur un texte qui l'attire. Il peut choisir une catégorie et chercher un billet qui paraît plus intéressant qu'un autre. Quelle lectrice, quel lecteur lirait un roman n'importe comment ? quelques pages à partir de la page 87, puis 2e chapitre, puis... c'est n'importe quoi.

Et maintenant, à partir d'un texte que vous avez choisi de lire, je parle des liens par lesquels vous pouvez vous égarer momentanément, vous perdre, et finalement revenir chargés de contenus étrangers, revenir avec une distance que ne procure absolument pas le texte imprimé. De cette distance par rapport au texte, inattendue, variable selon les clics du visiteur, provient une nouvelle richesse du texte qu'on lit et relit avec un nouveau regard, une nouvelle compréhension.

Ainsi donc, il est possible d'écrire et lire des fictions blog, différentes du roman ou de la nouvelle, dans un jeu d'interactions qui bouscule les codes habituels d'écriture et de lecture. Non seulement les personnages peuvent s'interpeler d'un billet à l'autre (Famille cinéma, L'illusoire identité familiale), mais également communiquer en postant des commentaires (Jicook et Jokico : version livre numérique).

skp_13, photo Jacques Bouchut

Autre chose remarquable : vous êtes, lecteur, lectrice dans un jeu de lecture gratuit, une forme de littérature déconnectée du système financier, ou l'auteur expérimente une autre façon d'être au monde, d'exister.

Pour autant un blog de personnages est-il un livre ? Cette question a-t-elle du sens ? Non seulement un blog est un objet en cours de création, dont le contenu évolue au fil du temps, mais c'est aussi un ensemble de textes, d'images, de liens, voir de sons, dont la cohérence n'a rien à voir avec celle d'un roman. Même à l'intérieur d'une catégorie, le visiteur n'est pas assuré de trouver la cohérence d'une histoire romanesque. Entre les différents personnages, malgré les dialogues éventuels entre eux, l'auteur du blog n'a pas forcément construit un hyper texte qui déroulerait une histoire globale.

Bref, un blog de personnages est une étonnante expérience d'écriture et de lecture, où le blog traditionnel est devenu un curieux objet de fictions, différent du livre, qu'il soit imprimé ou numérique.

Par exemple, un jardin de pierres, pas juste un tas de cailloux.

Les illustrations proviennent de Jardin de pierres, photos Jacques Bouchut.

- Du Vent dans les Branches - Haut -