Menu

Feuilles d'automne

Planète Terre

Vivre en paix

L'ebook n'est pas un livre dont on tourne les pages

Mardi 12 novembre 2013, 10:43 - Du Vent dans les Branches

Comme la notion de livre est évidente pour la plupart des gens, il est d'autant plus indispensable de s'interroger, qu'on soit auteur, éditeur ou lecteur : qu'est-ce qu'un livre ?

Il semble qu'un livre soit un objet, qu'on peut tenir en main, dont on tourne les pages et qui est généralement rangé en bibliothèque. Egalement ensemble de textes ou de textes et d'images, un livre serait donc un objet textes images imprimés.

Concrètement, l'objet livre est constitué de feuilles de papier reliées entre deux couvertures cartonnées. Pourtant, il existe des livres sous forme de rouleau. On pourra toujours objecter que ce ne sont pas des livres, mais des manuscrits roulés.

A y regarder de plus près, les pages du livre objet sont constituées de blocs de textes ou de blocs de textes et images. Ainsi, quand on croit tourner des pages, on bascule des feuilles. Et la mise en page ayant été réglée une fois pour toutes par l'éditeur, chaque lecteur, lectrice, a le même livre entre les mains, tourne les mêmes pages au même endroit : on commence généralement la lecture à la page 7, puis on tourne la page, et voici la page 8 à gauche, et, on ne tourne que les yeux, la page 9 à droite, enfin on tourne la page 9 et voici les pages 10 et 11. Donc, on ne tourne pas les pages d'un livre papier, mais seulement les pages impaires, une sur deux.

La situation est différente dans le cas du rouleau : il n'y a qu'un seul bloc de textes ou textes-images, que la lectrice ou le lecteur déplace verticalement, en roulant déroulant. Autant de lecteurs, autant de façons de lire différentes, dans la mesure où chacun ne fait pas défiler de la même façon.

Bien évidemment, le livre numérique n'est pas un livre !

C'est pourquoi les constructeurs de calculettes (liseuses, tablettes numériques) se sont empressés d'imiter le livre papier, l'objet livre, en donnant la possibilité de faire tourner les pages "comme si" c'était un vrai livre. Heureusement, ils nous ont épargné le bruit du papier.

Ebook

Comment fonctionne le livre numérique ? C'est très simple, quand il n'y a pas que du texte à lire cette imitation du livre papier ne fonctionne pas : un texte peut être séparé par un espace blanc en bas de page, de l'illustration reportée à la page suivante. Une illustration en bas de page, pourra se trouver séparée de sa légende reportée à la page suivante. Bref, comme il y a autant de mise en page que de calculettes ou de configurations du texte, il n'y a plus de mise en page. La calculette a explosé la mise en page patiemment élaborée par l'auteur ou l'éditeur.

Il y a probablement des gens qui ne seront pas gênés par la qualité du livre imitation papier. Les autres attendront que les fabricants de calculettes et les concepteurs de logiciels de lecture s'intéressent à l'ebook, au livre numérique.

Comme on aura pu se demander ce que sont ces calculettes, j'avance qu'à chaque demande de la lectrice ou du lecteur, les tablettes calculent à toute vitesse comment afficher ce qui doit s'afficher sur l'écran.

Et nous y voilà ! Chaque fois qu'on "tourne une page", quelque chose s'affiche sur l'écran : la suite du texte et des illustrations. Rien à voir avec les pages d'un livre objet, fixées sur le papier imprimé.

Les concepteurs et fabricants nous ont imposé jusqu'à présent une régression technique par rapport aux sites web, à cause d'une philosophie du livre désuète. Ils ont pensé attirer le lecteur en imitant le livre, comme les réalisateurs au début du 20e siècle ont longtemps imité le théâtre au lieu de faire... du cinéma. Après les liseuses en noir et blanc de romans, les tablettes conçues pour le web, les jeux, les films, les réseaux sociaux, les photos, les échanges, tout sauf le livre.

Pourtant, un livre numérique n'est pas un ensemble de pages, pas du tout. Le livre n'est pas non plus la calculette. Le livre, c'est ce qui s'affiche sur l'écran tactile au gré des tapotis du lecteur-lectrice.

La calculette affiche d'abord une bibliothèque, dans laquelle on reconnaît des livres. Mais tout cela n'est qu'illusion. D'un livre, on voit la première de couverture, alors qu'il n'y a pas de couverture (cartonnée). L'ayant choisi, s'affiche la première page, puis les suivantes quand la lectrice-lecteur "tourne les pages". En fait, on ne voit pas les pages du livre mais des pages-écran, c'est-à-dire ce qui s'affiche sur l'écran (il n'y a qu'un écran, toujours au même endroit, contrairement aux 2 pages du livre papier). Et, cela dépend de la machine, tout le monde ne voit pas la même chose.

Alors, pourquoi s'acharner à tourner des pages qui n'existent pas ?

Il me semble que, oubliant le livre papier, le livre objet, on peut s'intéresser beaucoup plus sérieusement à l'ebook, au livre numérique. Manifestement, pour résoudre les problèmes de mise en pages, variable d'une calculette à l'autre, il faudrait articuler chaque chapitre à la façon du livre-rouleau : avec un défilement vertical, comme dans les sites et les blogs. Alors, il n'y aurait plus de coupure stupide dans la continuité texte-images. Et chaque lecteur-lectrice ferait ce qu'il ou elle veut : avancer dans la lecture par sauts d'écran vers le bas ou en déplaçant la page verticalement à son idée.

Ce n'est que d'un chapitre à l'autre que l'on changerait de "page", comme sur le web. Le livre numérique serait devenu ainsi un ensemble de fichiers-chapitres ordonnés. Le livre numérique enfin devenu un ebook est bien plus qu'un livre imprimé. A la différence du livre objet, constitué de pages (2 pages par feuille de papier), le livre numérique est un ensemble cohérent de documents qui s'affichent sur un écran : textes, images, sons, vidéos, liens vers d'autres documents.

Notes dans un ebook

Par exemple en 2 clics vous consultez une note et vous revenez au texte.

Dans un livre numérique on peut circuler dans le livre et en dehors du livre, par les liens que propose l'auteur. On peut passer d'un document à l'autre en un clic.

Liens dans un ebook

Par exemple, vous trouvez un complément d'information sur le web.

Le livre numérique offre de nombreuses possibilités à condition que les logiciels de lecture affichent correctement les textes et les images, au moins aussi bien que les navigateurs sur le web. Et là, en novembre 2013, bonjour bonsoir, c'est loin d'être le cas.

En effet, l'auteur (ou l'éditeur) se casse la tête à faire une mise en page intelligente de ses textes-images, auxquels il ajoutera peut-être des sons, des vidéos. Et ce beau travail est tout simplement jeté à la poubelle parce que les calculettes ne savent pas lire correctement les feuilles de styles.

Actuellement, le discours est à la liberté pour le lecteur de lire à son idée, en changeant ceci ou cela. La réalité est différente : ni le lecteur ni l'auteur n'y trouvent leur compte avec un livre imitation papier bien en-dessous de ses possibilités numériques.

Quand vous achetez un livre numérique, par son contenu, vous avez bien plus qu'un livre objet et, grâce aux pages ordonnées, plus qu'un site web. Si vous voulez modifier l'affichage, en particulier la taille des caractères, vous pouvez le faire. Mais qu'au moins, vous ayez entre les mains le livre tel que l'a construit l'auteur (l'éditeur), avec toutes ses possibilités numériques.

- Du Vent dans les Branches - Haut -