Noël se lit d'abord au pied du sapin, dans les yeux des enfants émerveillés devant les paquets cadeaux multicolores. Comment ne pas sourire aux mimiques des petits, à l'attendrissement des mamans et à la fierté des papas ?

Bien sûr, Noël ouvre aux familles éparpillées la possibilité, une fois par an, de se rapprocher et de réaffirmer la famille unie. C'est le moment également où, lorsqu'arrivent les petits enfants, s'affirme une nouvelle famille papa maman enfants. Concrètement, il faudra bien décider entre les deux branches paternelle et maternelle, où on mange la dinde et la bûche.

noel.jpg
Noël 2010, collage, Jacques Bouchut

Noël c'est aussi l'illusion de l'enfance merveilleuse. Les petits, tout en rêves et en attente devant les vitrines illuminées et aux rayons jouets des grands magasins. Les grands, papa maman, s'accrochant aux brumes enneigées de leurs souvenirs d'enfance, relisant leurs émotions perdues sur le visage de leurs enfants.

Mais Noël est un mensonge, raconté aux petits par leurs parents. Qui pourront-ils croire si même leurs parents leur mentent ? Noël est un mensonge car les petits deviendront grands et ne croiront plus, ils feront semblant, comme tout le monde, ou peut-être croiront-ils n'importe quoi. Et les grands font semblant de croire à leur famille merveilleuse, au bonheur annuel, le temps d'une fête en guirlandes et feux d'artifice.

Noël c'est le cadeau, le geste, la personne, l'événement merveilleux qu'on attendait et qui ne s'est pas produit. Pour certains, de leur fait ou non, c'est la fête obligée qui n'a pas eu lieu, réactivant un sentiment d'exclusion de la communauté des êtres humains. Et ceux-là rêvent d'un Noël heureux qu'ils n'ont pas eu, eux.

Voilà pourquoi Noël on y tient même si on s'est éloigné du religieux, voilà pourquoi nous avons vendu Noël au Monde entier : parce que Noël est une illusion de bonheur réactivée chaque année.