Quel drôle d'endroit ! Il semble que ce soit un jardin de pierres. Je dis jardin de pierres alors que, curieusement, je pense jardin d'enfance. Plus étrange encore, ces petits monstres de pierres parlent dans ma tête. Je dis dans ma tête pour me rassurer. En fait, leur voix étrange vient du jardin d'enfance. Ils m'interpellent à tour de rôle en fonction des circonstances :

jardin_enfance.jpg

Moi, Dormor, monstre de l'Est à 3 heures, je suis le gardien du jardin d'enfance. Apprivoise tes peurs, prends garde à toi et aux autres, sois vigilant, interprète les signaux d'alarme, défends-toi, anticipe.

Moi, Kaakiri, monstre du Sud à 5 heures, je suis le gardien du jardin d'enfance. Parle, dis quelque chose, explique, raconte, proteste, conteste, exprime tes émotions, tes sentiments, tes pensées, tes jugements.

Moi, Ipodanlo, monstre de l'Ouest à 9 heures, je suis le gardien du jardin d'enfance. Paresse et inaction, du calme, prends du recul, laisse faire, prends ton temps, change-toi les idées, laisse aller, arrête de parler dans le vide, laisse tomber, tu verras bien plus tard.

Moi, Navigavu, monstre du Nord à 11 heures, je suis le gardien du jardin d'enfance. Passe à l'action, tout de suite, lance-toi à l'eau, entreprends, construis, modifie, répare, détruis, recommence, explore, découvre.

Alors que je m'éloigne du jardin de pierres, il me semble que, toutes ces années, de curieux monologues contradictoires guidaient mes choix improvisés. Des petits monstres turbulents m'accompagnent quand l'horloge de mes rêves tourbillonne au gré du vent. Les heures s'envolent dans la nuit. Toutes ces années ont passé avec, enfoui quelque part dans ma mémoire, un jardin d'enfance.

A suivre...