Gardiens du jardin d'enfance, nous sommes. Dormor à l'Est, je suis le monstre de la Peur.

dormor.jpg

Prune, mon garçon, tu as une vie trop facile. Un bon cauchemar te fera du bien. Rien ne vaut une bonne frousse pour réveiller les neurones.

Tout de suite, je me demande ce que tu cherches. Ah ! les clefs de ta voiture pour aller au boulot. Tu cherches partout, tu t'affoles, l'heure tourne. Et te voilà à courir au Japon, tu fuis les radiations. Tu cours, tu cours à Fukushima. Maintenant, on te tire dessus en Syrie. C'est l'horreur : ta maison bombardée, ta femme violée. A présent, tu voles au-dessus de la ville détruite. De grands vols planés à toute vitesse. Et puis, il fait chaud, de plus en plus chaud. Tu cherches de la glace au congélateur, mais il n'y en a pas. Tu te retournes et la banquise a disparu, fondue. Autour de toi, des ours morts. C'est alors que tu entends une rumeur, une sorte de grondement qui se rapproche. Cours, cours Prune, ils veulent ta peau. Des milliers de phoques en colère te poursuivent. Inutile de sauter à l'eau, je précise.

Bon, c'est 5 heures, j'ai fini ma veille, ça ira pour cette nuit. Réveille-toi, Prune et réfléchis !

A suivre...