Comme les êtres humains, les sociétés naissent, grandissent, se développent, vieillissent et finissent par disparaître. Ensuite, ce sont des mondes en ruines, laissant ici ou là quelques vestiges de leurs constructions éphémères : Ruines romaines, château médiévaux, temples et palais dispersés à travers le monde. Ces dernières années, j'ai voulu représenter dans mon jardin de pierres ce qui me semble être la fin d'une période en France, en Europe et dans le monde libéral, par la symbolique de l'effondrement : éboulis, pierres couchées, cailloux éparpillés.

effondrement.jpg
Effondrement

Au fil des modifications du jardin de pierres, sur la symbolique du torrent, du lac...

lac.jpg
Le torrent, le lac

... de la rivière et de la mer avec ses îles, s'est superposée l'idée d'une fin de période, d'un monde en ruines, guerres, destructions, pillages.

A présent, j'ai envie de symboliser la reconstruction de notre avenir, d'une société qui de toute façon a changé, alors que le bruit de fond de la période précédente est devenu lassant, fatigant, exaspérant à force de répétition absurde, même s'il est encore difficile d'entendre une musique en phase avec un besoin de diversité, de créativité, d'humanisme. Reconstruire la ville. Réhabiter la campagne. Vivre ensemble, tous ensemble.

reconstruction.jpg
Reconstruction

Certes la tentative est maladroite, bancale, dans l'enthousiasme d'une vie nouvelle à construire au fil du temps. Une impatience avec l'idée d'un autre jardin de pierres, peut-être, un peu plus loin. D'ombre et de lumière, reconstruire le jardin de ruines. Parfois il vaut mieux construire du neuf que restaurer de l'ancien.

Pourquoi pas un jardin de pierres bioclimatique ?

jardin_6.jpg

Photos Jacques Bouchut : le jardin de pierres en mars et juin 2012.