Eboulis nuit, fréquence phare, bonsoir.

Tout de suite, des nouvelles des manifs : les étudiants du programme européen Erasmus, en stage de langue pacifique aux îles du désappointement (Tuamotu), viennent de reconduire, en AG sur la grève, le blocage des transports dans toute l'Union européenne. Est-ce que vous confirmez, Siboule ?

Effectivement, Blousie, ici à Hammerfest, un soir de réveillon vous vous rendez compte ? il n'y a plus aucun métro, ni bateau, ni bus, ni train, ni rien. Sur le tarmac de l'aéroport international, tous les avions sont cloués au sol. Seule solution pour aller boire un coup et manger des smørbrøds au saumon de l'Atlantique : les attelages de caribou importés du Canada. Comme vous le savez, tous les rennes ont été décimés par les nuages sombres de Tchernobyl et Fukushima.

Siboule merci, ici, le studio. Nous rappelons aux noctamboulis qui nous écoutent que les étudiants en colère protestent contre l'invasion planétaire de la palette bureautique Windows, qui, selon eux, a complètement pollué les imprimés et les marchés.

Tout-à-fait, Blousie, je suis au Musée d'Art moderne de New York, avec le président du syndicat étudiant La vie ça bouge, ça remue, ça vous bouscule dans tous les sens : En un mot, que proposez-vous ?

sale_3.jpg
Sale époque pour les bleus – collage décembre 2011, Jacques Bouchut

En un mot ? Nada ! Plus rien, nothing, silent way, end now, la fin de ce sale monde aux couleurs sales. Est-ce que vous réalisez tous ces imprimés que vous avez sous le nez, tous les jours ? Pubs, journaux, revues : bleus merdeux, pauvres mauves, verts d'enfer, ces associations mortelles de couleurs sales c'est à vomir un soir d'Halloween. Autant revenir à la grisaille bourge des années 1950, blouses grises, villes grises, morale hypocrite et bien pensante.

Alors, pour recolorer le monde, vous bloquez tout jusqu'à la fin des vacances d'hiver ?

Alors oui, pour une vie en couleurs, on bloque tous les transports en Europe jusqu'à la fin du monde. On est jeunes, vous savez.

A vous le studio.

Pour continuer cette soirée de réveillon sur une note colorée, dans quelques instants vous aurez la chance d'entendre le concert exceptionnel des Nocturnes de Chopin, en direct de Varsovie. Ah !... un communiqué de l'AFP tombe par terre à l'instant, voilà, je le ramasse : l'OMS vient d'annoncer qu'une grave pollution au bicarbonate d'Ohzut touche tous les marchés à la suite des fuites de gaz de schistes qui se sont combinés au dioxyde de carbone et à l'ozone résiduel. Les huîtres particulièrement sensibles à ce produit mortel pour les humains, sont impropres à la consommation et doivent absolument être jetées à la poubelle (tri des ordures ménagères : déchets toxiques non radioactifs, catégorie A). Le communiqué précise que l'entourage de toute personne ayant ouvert une huître doit appeler d'urgence le SAMU social. En direct de l'Elysée, j'appelle notre correspondante : Siboule bonsoir, pouvez-vous nous dire ce qui se passe ?

sale_2.jpg
Sale époque pour les rouges – collage décembre 2011, Jacques Bouchut

Ah Blousie, ici c'est de la folie : que du beau monde, des rois des reines, des princes et des princesses, et tout le gratin du détournement de biens public réuni dans le seul endroit au Monde où l'on peut manger des huîtres ! Toute la production de Ma Reine Oh les ronds a en effet été réquisitionnée par les services secrets. J'ai appris de source sûre que ces huîtres, qualité 100% française, ont été miraculeusement protégées des rejets massifs d'hydrocarbures accumulés en baie de Somme-toute au fil des marées noires.

Siboule... je vous coupe, ce sont les aléas de l'information. Les gens manifestent cette nuit en banlieue parisienne, à Berlin-sud et dans les faubourgs de Londres, à Buenos Aires et Acapulco, à Tokyo, Kyoto, Quito, Tonnerre de Brest et Bamako. Siboule vous m'entendez ?

Tout-à-fait Blousie, pas de panique, je gère la situation. Ici ça craint, tout le monde est dans la rue. Il neige sur Inverness, c'est ma-gni-fique ! toutes ces petites leds bleues dans les Nordmans de Norvège, c'est beau, et ces flocons comme des esprits dans la nuit...

Oui, Siboule, si vous nous expliquiez ce qui se passe autour de vous ?

Comme je viens de vous le dire, une foule incroyable manifeste, ici à Karachi, pour réclamer la fin du Monde : End-Now ! ... Bloo-dy-Word-No ! Les gens n'en peuvent plus. Vous comprenez : plus d'huître nulle part ! un soir de réveillon ! Un charmant jeune homme, très sexy, me confiait à l'instant : Les huîtres c'est la vie. Nous venons tous de l'océan. Nous sommes tous des mammifères marins.

Siboule, merci, ici le studio. Décidemment, les événements se bousculent et à minuit passé de 3 minutes au Cap de Bonne Espérance, je n'ose même pas vous souhaiter une bonne année 2012.

Eboulis pour la nuit, faites de beaux rêves.