Il me semble que les 4 saisons, définies par la position de la Terre sur sa trajectoire autour du soleil, ne correspondent qu'approximativement à la réalité : A l'arrivée du printemps, le 20 mars, la nature est réveillée depuis longtemps la plupart du temps. Le début de l'été et de l'automne sont aussi peu significatifs. Pourtant, au fil du temps solstices et équinoxes ont marqué l'imaginaire.

solstice.jpg

Montagne magique au solstice d'hiver
Photo Marie Josèphe Moncorgé, 22/12/2011


Jusqu'au 16e siècle, les pays scandinaves, l'Islande et l'Italie ont fêté le solstice d'hiver avec Ste Lucie (Lux la lumière). Avant la chrétienté qui a longtemps préféré Pâques à Noël, les romains célébraient le solstice d'hiver (nuit la plus longue). Les Saturnales inversaient l'ordre des choses (comme Carnaval) et les esclaves jouissaient pour quelques jours d'une apparente liberté. Les celtes fêtaient Samain, le début de l'année et le début de la saison sombre.

Au théâtre et au cinéma, c'est seulement dans l'obscurité que la magie du spectacle peut se produire. Alors, le projecteur anime l'écran, le spot réveille l'acteur et vous plongez avec délices dans un monde parallèle. Ainsi, la nuit la plus longue, entre le 20 et le 23 décembre selon l'année, me semble hautement symbolique, en ces temps de retour en force de l'obscurantisme. Une Fête de la Lumière ce jour-là serait très métaphorique de l'énorme travail qui reste à faire, pour ceux qui rêvent encore d'une écologie de l'être humain, l'homme et la femme parmi les autres habitants de notre planète bleue.

fete_1.jpg

Fêtes lumineuses pour temps sombres
Gribouillages décembre 2011, Jacques Bouchut


Ensuite, j'ai beau chercher, je ne trouve pas de fête profane qui impose son calendrier. Mais je suis d'accord pour multiplier les fêtes arbitraires : fête du livre ouvert, fête de la musique enchantée, fête de la peinture et de l'architecture, fête de la danse endiablée, fête de la lune et des étoiles, fête de l'Europe philanthrope, fête de l'étrange étranger, fête de la mer et des poissons, fête du ciel des nuages et des oiseaux, fête de la forêt des mousses et des lichens, fête des montagnes enneigées, fête des lacs et des rivières, fête des glaces et des glaciers, fête de l'exquise banquise, fête de l'an nouveau.

Exactement, le rite convivial du nouvel an est non seulement très jouissif (pour ceux qui ont envie de se réjouir), mais il permet également d'entamer chaque année comme une nouvelle vie. Fêter le nouvel an est un acte symbolique puissant, qui augmente vos chances de changement (si vous avez envie de changer quelque chose dans vos mauvaises manières). C'est aussi une belle fête humaniste quand on aime la compagnie des autres.

Et Noël alors, et les enfants, et les cadeaux ? C'est vrai que (je crois que) échanger des cadeaux une fois par an, voir briller les yeux des enfants, c'est un plaisir qu'on aurait bien tort de sacrifier sur l'autel de Mars et Jupiter. D'autant qu'on peut faire de super cadeaux qui ne coûtent pas cher, juste d'y penser et de se donner le temps de les inventer.

Alors puisque nombreux sont les gourmands, et pas que les enfants, je propose de remplacer Noël par la fête de la gastronomie. Et pour augmenter les chances de réussite, je propose de profiter de l'été : le 14 juillet, en remplacement de cette fête nationaliste complètement obsolète. Ou plus convivial, pourquoi pas le jour le plus long, pour que ce soit encore plus rigolo ? Le 21 juin, début de l'été dans l'hémisphère nord. Et en avant la musique !

En attendant 2000 ans que le monde bouge, frères humains qui n'allez plus à la messe, bienvenue en Europe médiévale chrétienne : tout au long de l'année, vous fêtez la mort et la résurrection du Christ, sa montée au ciel, le Saint-Esprit, la Vierge Marie, les saints du paradis et pour finir la naissance du petit Jésus. Nombre de mariages et d'enterrements passent par l'église, même s'il faut aller chercher le curé en Afrique. Et comme au Moyen Age, vous avez de la chance si vous ne faites pas partie des miséreux abonnés aux jours maigres. Sacré recyclage.

Enfin, chacun est libre d'adopter le calendrier liturgique de sa communauté religieuse. Pour moi, c'est terminé depuis longtemps. Aucune pitié de vous pauvres, merci. Surtout si en plus vous ajoutez la fête des mères et des pères. Pas de cadeau non plus pour la fête du travail (d'accord pour les congés payés). Et quoi ? la fin de 2 guerres et la prise de la Bastille ? Vous avez le coeur endurci.