chat_2.jpg

Vous savez pourquoi le chat, ce petit fauve, passe tant de temps à dormir ? Très simple, il interroge ses rêves pour répondre à la question : qu'est-ce qu'il vaut mieux faire dans la vie, chasser la minette ou la souris ? Preuve supplémentaire qu'on passe son temps à se poser des questions idiotes : il est déjà gavé de Terrine gourmande, le chat, qu'aurait-il à gagner à attendre pendant des heures qu'une souris passe à portée de patte ?

J'entends dire, ici et là, qu'on fonce droit dans le mur, mais se convaincre à tout bout de champ que c'est la catastrophe, n'est-ce pas favoriser son irruption ? En même temps, peut-être simplement exprime-t-on de manière confuse son malaise, cette impatience à vouloir que ça change, donc que le temps passe plus vite, ce qui revient à souhaiter en même temps sa vie et sa mort. La catastrophe, c'est alors tous ces disparus, nos proches, et les autres, et nous, soi, moi. Alors on retient son souffle, on attend la catastrophe en apnée. Mais au bout d'un moment, il faut bien aller pisser, manger, boire, dormir...

C'est alors que le chat s'éveille, s'étire, bâille, fait un petit miaou silencieux (cela s'appelle avaler le miaou), mange un coup (pas fou) et part dans la nuit. Pour le moment, tout est possible. Au petit jour, de la souris ou de la minette ou rien, juste des mauvais coups, il saura. Pour l'instant, d'un pas léger et silencieux, il attend entre 2 rêves, il attend de savoir ce qui va lui arriver.

En attendant la catastrophe qui ne vient pas... il faut bien continuer de vivre. Ici ou ailleurs, les autres c'est si loin. Autrefois n'en parlons pas. Pourtant, la catastrophe, on patauge dedans. Bien sûr, maintenant on ne sait plus quoi faire : c'est trop tard, il fallait y penser avant. Indochine, Vietnam, Irak, par exemple, une magnifique fabrique de terrorisme, une usine à guerre. Parmi toutes les autres. Comme si le monde entier n'était plus qu'une vaste société financière à destruction massive.

eboulis.jpg
Une histoire d'éboulis ruines.

L'Histoire, quelle histoire ? Aucun souvenir. Mort de trouille au fond de mon trou, c'est quoi mon humanité quand je n'ai plus aucune exigence ? En ce qui me concerne individuellement, ce serait quoi mon humanité retrouvée ?

En attendant... Mais l'avenir est imprévisible, pourquoi tenter de le prévoir ? Ce sentiment de catastrophe imminente, ne serait-il pas plutôt la fièvre d'une intuition ? Une impression cristallisée sur des informations brusquement rassemblées, qui font pressentir que l'enchaînement habituel des causes et des effets a disparu là, sur un hoquet de l'Histoire. Silence. Attente. Une faille dans l'espace-temps est ouverte, tout est possible : les petits cochons seront-ils mangés par le grand méchant loup ou bien ?

Alors t'es là, toi. Et t'as faim ! T'as encore chassé les minettes au lieu de m'attraper les souris. Le chat me regarde, il attend. Tu ne crois pas que tu exagères ? Manifestement non, il ne croit pas.