Pour établir une généalogie, il faut choisir un point de départ : une arrière-grand-mère, par exemple.

Ensuite, on remonte en ajoutant son père et sa mère, ses 4 grands-parents. Puis, on ajoute son époux avec ses 2 parents et 4 grands-parents. Ensuite, ses enfants.

Vous n'allez tout de même pas objecter si elle a eu un époux et des enfants. Le cas aurait pu se produire, de n'avoir eu ni époux ni enfants, si je n'avais pas dit arrière-grand-mère. Dans ce cas, comment dit-on ? si la personne n'est pas célibataire (encore qu'il puisse y avoir des ambigüités). Vous prenez comme point de départ de la généalogie, comment dire ? quelqu'un n'ayant pas eu d'enfant.

Revenons à notre arrière-grand-mère avec son époux, les 4 parents, les 8 grands-parents, les enfants, A ce stade, l'arbre commence être un peu volumineux. Pourtant, vous n'avez mentionné aucun frère ou soeur des 2 côtés (de l'arrière-grand-mère et de l'arrière-grand-père). Ni leurs neveux et nièces et ainsi de suite. Si vous voulez poursuivre, la feuille de papier avec gomme et crayon est à déconseiller absolument ! Le tableur, avec ses lignes et colonnes que l'on peut ajouter à volonté, fera beaucoup mieux l'affaire.

Nous avons donc, du point de vue des enfants, et bien les enfants, les 2 parents (l'arrière-grand-mère et son époux), les 4 grands-parents, les 8 arrières-grands-parents. S'il y a trop de cases vides, vous pouvez choisir comme point de départ votre mère (c'est plus facile !...), vous obtiendrez une autre généalogie : votre arrière-grand-mère de la 1e généalogie, n'est que l'une des 4 arrières-grands-mères de la 2e généalogie.

Dans un cas comme dans l'autre, vous obtenez une généalogie centrée sur la personne de votre choix, généalogie plus ou moins développée. Ce n'est pas une filiation. Est-ce une famille ?