Menu

Jardin de pierres

Planète Terre

Vivre en paix

Jardin de pierres

Rencontre improbable entre 2 personnages qui ont un sérieux problème de communication : depuis une curieuse planète, Jicook envoie des billets dans l'espace et Jokico répond en faisant des commentaires. Les billets remis en ordre chronologique ont été publiés en février 2013 sous le titre Jicook et Jokico.

lundi 2 août 2010 19:43

Oubli définitif

Allo la Terre, ici Jicook en direct de l'exo planète Skp-iiMX.

A présent, je m'en vais. Je quitte ce monde avec beaucoup d'émotion : je ne sais pas par quelle étrange illusion je suis arrivé là, dans mon Jardin de pierres. Je ne sais pas comment j'en repars à présent. Voici ma dernière photo de Skop, alors que je m'éloigne.

skp_16.jpg
Allo la Terre, je m'éloigne à présent, pour une destination inconnue.

Qu'est-elle devenue, ma belle inconnue ? Je l'ai cherchée, vous savez, mais rien à faire, c'est comme ma planète Skop : apparue disparue. Jicook et Jokico, c'était pas mal, vous ne trouvez pas ? Comme un écho. J'aimais bien sa voix quand elle disait ... elle disait quoi ? je ne me rappelle plus. Tu causes, tu causes et c'est moi qui repasse. Non ce n'est pas la question. Comment c'était déjà ? Ah oui ! Question baratin, tu repasseras mon gros lapin. Et voilà, la vie passe avec le temps et qu'est-ce qui reste au bout du compte ? une voix angélique qui vous dit un truc d'enfer : Question baratin, tu repasseras mon gros lapin.

Baratin moi ? Ah j'aurais bien voulu. Mais comme j'ai passé ma vie ailleurs, ailleurs que sur Terre, je ne risquais pas de faire rêver les filles. Ici sur Skop, dans mon île déserte, j'ai observé le néant, je regardais les cailloux, les pierres du jardin de pierres. Et je médite : chaque fragment est-il le témoignage dérisoire d'un ensemble plus vaste ou au contraire un condensé de signification ? La réponse se trouverait-elle sur Terre ? Tout coule. Et moi avec.

Et si Skp, je veux dire Skop, si ce Jardin de pierres n'existait que dans ma tête. Et si c'était la Terre qui existait et pas ma planète ? Alors je serais où ? et vous ? C'est quoi la différence entre une idée et la réalité ?

Allo la Terre, ici Jicook reparti de l'exo planète Skp-iiMX.

Il n'y aura donc jamais personne dans ce monde, ici, là, ailleurs ? Que des cailloux ? Juste des impressions colorées, seulement des voix d'ange dans un silence de mort ? Tout de même, j'ai l'impression bizarre d'avoir oublié quelqu'un.

mardi 27 juillet 2010 15:27

Eté caramel

Il a neigé ? Aucun souvenir. Neigé ici ? Pas avec cette chaleur, sûrement pas ! Ici sur Skop, ma planète SKP2 (dites ce que vous voulez, c'est votre droit, mais je me souviens très bien : Skp-iiMX. D'ailleurs quand j'y pense, c'est un nom plutôt étrange, vous ne trouvez pas. Du genre étrange étranger. Ou étrange étrangère). Ici sur Skop, pour vous dire, on a un été caramel.

skp_15.jpg

Je dis été comme un souvenir de quelque chose, vous l'avez sur le bout de la langue, vous vous dites, je connais, je connais, en même temps un sentiment d'urgence se manifeste au creux de votre estomac ... et puis non, finalement ça vous échappe : une part de vous-même vous reste étrangère. Quoique il en soit, ici c'est plus que caramel blond : plus que temps de retirer la gamelle du feu : blond c'est beau c'est bon, un peu sucré peut-être, brun, attention ça chauffe et ça va vite, rouge, c'est cramé. Comme sur la plage. Voilà, trop tard. Si on n'y prend pas garde, il y a un moment où c'est trop tard. Mais c'est quoi qui est trop tard ? J'ai beau chercher, je ne trouve rien. Foutue planète !

Parfois j'en arrive à penser que je tourne (en rond, évidemment) comme un fauve en cage. Un fauve à qui on n'aurait pas offert Obsession de Kelvin Klein, pour un homme. Mais quel est ce parfum de femme qu'exhalent les pierres brûlantes de mon jardin de pierres ? Je me sens tout chavirer d'un coup. Hou là là ! ça tourne et ça tangue.

Allo la Terre ...

mercredi 19 mai 2010 09:12

Merveilles et nausée

Par moment, j'ai l'impression d'entendre des voix. J'entends la voix de Jokico. J'entends ta voix. Alors comme ça je me répéterais ? répète ? Je radote. Bon. C'est possible. Tu crois que mon jardin de pierres change ? Je ne me rends pas compte. Il change de temps en temps ou tout le temps ? De temps en temps ça pourrait s'expliquer, mais tout le temps, à chaque instant ... c'est grave. Par exemple là tout de suite, il n'y a plus de jardin. Tout a disparu d'un seul coup. J'étais parti par la Porte des étoiles pour tenter de suivre cette Vallée des merveilles, mais elle ne mène nulle part. Du moins, la vallée devient de plus en plus inaccessible.

skp_13.jpg
La vallée des Merveilles

J'ai donc rebroussé chemin, bien qu'il n'y eut pas de chemin. Je suis revenu sur mes pas et rien : plus rien ! Le Jardin de pierres a complètement disparu. Il a disparu sous une épaisse couche de crème bleutée, surtout ne vous y fiez pas ! ça n'a rien d'appétissant. Au contraire, c'est une colle gluante et nauséeuse à la longue. Au début, vous auriez envie d'approcher pour y goûter. Cette matière fraîche et mentholée semble d'autant plus attirante, qu'elle résonne d'une musique cristalline acousmatique (ne me demandez pas ce que c'est, je n'en n'ai aucune idée (la matière, pas la musique (encore que la musique, j'ai beau chercher je ne me rappelle plus))). Mais lorsque vous vous approchez de cette masse impressionnante, bien avant d'arriver à proximité, la nausée vous saisit petit à petit, envahissant votre corps et votre esprit. Et bientôt vous vous surprenez à courir comme un malade en sens inverse. Jusqu'au moment où, pris de vertiges, vous vous arrêtez à bout de souffle.

skp_14.jpg
Le Jardin de pierres disparu

Sur la photo, on reconnaît la montagne au Sud, le Pingouin. Tiens, c'est drôle, quand je compare les photos du Jardin de pierres, je me rends compte d'un grand changement, encore bien plus impressionnant que la disparition, j'en ai des frissons : la lumière ne vient plus du Sud, elle provient du Sud-Est maintenant. Et puis, il fait nettement plus clair. Oserais-je dire qu'il fait beau ? Qu'en penses-tu Jokico, il fait beau ou bien c'est juste une illusion ?

jeudi 29 avril 2010 14:03

Aube crépusculaire monastique

Allo la Terre, ici Jicook en direct de l'exo planète Skp-iiMX.

A tout hasard, j'envoie ce message dans l'espace intergalactique et crépusculaire. Je ne me souviens plus de rien. Juste que je viens de la Terre. Comment ? Mystère.

Ici c'est un désert, un désert de pierres. Les glaciers interdisent l'accès aux Montagnes un peu plus à l'Ouest. Je dis l'Ouest en souvenir de la Terre, parce qu'ici, dans ce Jardin de pierres, il n'y a ni Soleil ni Lune. Juste une sorte de lumière violette qui diffuse ses particules d'amnésie cotonneuse depuis ce que j'ai nommé le Sud. En souvenir. Mais quand je dis souvenir, vous allez rire : je ne me rappelle plus rien. Plus rien de ma vie de tous les jours. Et là encore, je dis jour sombre comme je dirais nuit claire ou espace temps coloré, car ici, comme vous le voyez peut-être sur cette photo, il n'y a ni jour ni nuit.

skp_11.jpg

Ou alors un jour nuit perpétuel, une aube crépusculaire monastique qui résonne d'une sorte de monodie sacrée. C'est partout. On entend la laus perennis, on entend Hildegarde de Bingen. Quand je dis "on", c'est moi, vous vous en doutez. Ici, il n'y a personne d'autre que moi, Jicook. A supposer que je m'appelle bien Jicook. A la réflexion, ce nom ne sonne pas très catholique. Ni biblique ni coranique. Mais n'allez pas croire que je crois. Ah ça non ! Ni je crois ni je ne crois pas : il me faut des preuves, vous comprenez, des preuves de réalité. Et ici, vous le constaterez sur la photo que je vous ai envoyée avec mon message Allo la Terre... la réalité n'est pas du tout catholique, apostolique, protestantique ni aquatique. Ici, le jardin aux mille vierges et fontaines odorantes est un jardin de cailloux. C'est mon jardin. Mon jardin de pierres. Ma maison d'ici et maintenant, mon paradis. Et mon enfer.

A tout hasard, je vous envoie mon message depuis Skop, ma planète et jardin de pierres. Peut-être le recevrez-vous un jour ou une nuit. Peut-être pourrez-vous me localiser et venir me chercher. Peut-être serez vous une fille (moi je suis un garçon) et nous tomberons amoureux l'un de l'autre. Comme au cinéma. Alors je vous redonne l'adresse : exo planète Skp-iiMX.

N'allez pas croire que j'attends sans rien faire. Je vous cherche, vous savez. Mais ici, c'est peu probable que je vous trouve. En tout cas, j'ai déjà beaucoup marché escaladé et là tout de suite, rien. Juste ce jardin orangé avec les glaciers.

skp_12.jpg

vendredi 9 avril 2010 15:19

Mon Dieu, l'Enfer ! Que faire en ce lieu ?

Traverser cette forêt devant moi est au-dessus de mes forces. Je suis déjà épuisé par cette marche dans les cailloux du Jardin de pierres. Et voyez cette forêt impénétrable. Ces fleurs, lancées vers le ciel comme des séquoias géants, ne vous semblent-elles pas terrifiantes ? Sur la photo que je vous envoie, c'est vrai qu'on ne ressent pas de menace. Mais ici, vous verriez, c'est impressionnant. Pour quelqu'un comme moi en tout cas.

skp_9.jpg

A choisir, je vais plutôt contourner l'obstacle par la droite (sur la photo et en vrai). Ce sera moins éprouvant pour moi d'escalader ces blocs que l'on devine au loin. Poser les mains sur le rocher, caresser le grain de la pierre, glisser les doigts dans une fissure, voilà qui me réjouit maintenant que mes pieds sont fatigués de marcher.

Je pense à vous, vous savez. Mais ne vous connaissant pas encore (je rêve), je ne peux pas dire que je pense à vous comme si j'évoquais le souvenir d'un moment de bonheur par exemple. Bien entendu, je ne peux pas dire non plus Je vous aime. Alors je dis Je pense à vous. Je n'ose pas dire J'imagine. Je pense à vous, c'est tout.

Oui, parce que je trouverais parfaitement déplacé d'imaginer la situation comme au cinéma. Ah non ! sûrement pas. Un garçon rencontre une fille, parfois c'est le contraire, et plouf (c'est le mot), ils se tombent dans les bras et que je t'aime et que je t'aime (coller-remplacer par baise). Non ce n'est pas possible ! Dernièrement (ça me fait rire (dernièrement ça me fait rire parce que c'était avant que je me retrouve sur cette exo planète Skp-iiMX, que j'ai affectueusement appelée Jardin de pierres, et je ne sais pas quand c'était avant)), le film commençait carrément (rectangulaire) par une scène d'amour. Les 2 personnages font l'amour avant de se rencontrer ! A la réflexion, je me demande s'ils se rencontrent dans le film.

Ouh là là, le temps de causer grimper, le temps a changé. Je ne te fais pas le bulletin météo, mais ici ça craint : d'abord ça s'est mis à sentir le soufre ou un truc dans le genre vapeurs infernales (Mon Dieu ! mais j'y crois pas); et puis une chaleur épouvantable nous est tombé dessus (nous, c'est moi tout seul, malheureusement (alors là, on peut vraiment dire seul : c'est une réalité, pas un sentiment ou une impression de déprimé(e) au milieu de tout le monde)). Il fait une telle chaleur de champ pétrolifère en feu en plein désert caniculaire, que je rebrousse, ce n'est plus possible, il n'y a pas de chemin.

skp_10.jpg

Normalement, dans une fiction filmique ou romanesque d'initiation, le personnage, sans savoir où il va, ni pourquoi ni comment, suit (subit) un parcours initiatique qui le mène (plouf ! plouf ! c'est le destin qui l'a voulu) au bon moment, au bon endroit, pour rencontrer sa dulcinée prédestinée. Eh bien là, ma belle étrangère, il faut que je te dise ma pensée profonde : Je suis dans la merde avec le destin ! Ces espèces d'oeufs de dinosaures en sont la preuve s'il en fallait une. La preuve menaçante, ricanante : Jicook réveille-toi et arrête de faire le con : tu as un pied en Enfer !

vendredi 2 avril 2010 10:05

Fleurs de pierres

Alors ... vous vous ...

Un oiseau de nuit peut-être, qui s'est envolé dans mon dos ? Je me retourne, mais rien. Evidemment, un oiseau, ici, quelle idée ? Un oiseau de pierre qui ferait VouVou, et il serait où ? Un oiseau de pierre, comme ces fleurs. Ces fleurs de nuit mauve. Juste le temps d'une photo et, à peine vues elles ont disparu.

skp_7.jpg

Alors vous vous êtes égarée vous aussi. Pour vous consoler je vous offre ces fleurs de pierres, ma belle étrangère. Je vous entends, vous savez. Au début je croyais que c'était dans ma tête. Mais non, pas du tout. C'est vous ! Je sais tout. Par exemple, vous vous appelez Jokico. Je ne sais pas si vous vous exprimez en japonais ou en français, mais je comprends tout.

Attendez ... serait-il possible que je vous comprenne dans votre langue maternelle ? Ici, tout est possible, comment savoir.

Je suis confus. Ah ça, n'y comptez pas ! Que je vous envoie une photo de moi, rouge comme une tomate, certainement pas. J'aime autant vous envoyer une photo du jardin, alors que je m'éloigne au petit jour.

skp_8.jpg

Je m'éloigne et je me rapproche (du moins j'espère). En effet, puisque vous vous êtes égarée sur cette exo planète (ce n'est pas un reproche, loin de là, moi aussi vous savez je suis égaré), alors, je me dis : pourquoi ne serions-nous pas égarés ensemble ? C'est juste une idée. Je voulais vous faire la surprise de mon arrivée, mais si vous aussi décidez de bouger, à partir chacun de son côté nous risquons d'aggraver les probabilités. Elles sont susceptibles, vous n'imaginez pas ! Terribles ! Déjà elles calculent nos chances de nous trouver l'un et l'autre aux 2 extrémités de l'Univers, si si elles sont comme ça. Alors que nous savons bien que non. Nous espérons que non. Moi en tout cas. Sur la même exo planète (Skp-iiMX en ce qui me concerne). Sinon, comment aurais-je pu faire votre connaissance par voix d'images et de textes qui sont et ne sont pas dans ma tête ? Si si, tout en me rapprochant de vous, marchant en m'éloignant de mon jardin de pierres, je vous le demande. Affectueusement.

mardi 23 février 2010 10:26

De jour comme de nuit

Quand on est seul, on entend des voix. Je me dis : où tu as vu qu'il y avait des jours et des nuits ici ? La lumière change, les couleurs changent, c'est la vie. Ici. Sur Skop. Oui, j'ai dû rêver. Mais comme j'ai effacé les premières photos pour en prendre de nouvelles, alors comment savoir ?

skp_6.jpg

De jour comme de nuit, je suis seul avec mes cailloux. Et comme rien ne change ici, comme tout est semblable devrais-je dire, alors vous comprenez, c'est un peu monotone.

- page 1 de 2