Méfiez-vous des balades innocentes où vous croyez que nature autour de vous est un monde sans histoires...

oies.jpg

Je réalise seulement à présent la chance que j'ai eu de me souvenir, fort à propos, du langage des oies cendrées. Heureusement ! Je suis encore terrifié à l'idée de ce qui aurait pu m'arriver si je n'avais jamais connu Konrad Lorenz.

Vous menez une vie tranquille sans y penser, oisif et insouciant. Tout soudain, à la suite d'un incident banal, qui n'aurait pas attiré votre attention d'habitude, vous basculez dans une suite d'événements improbables, de plus en plus inquiétants et surtout inéluctables...

A lire sur Feuilles d'automne.