Regard mélancolique du photographe, en visite des grands parcs africains : ce qui reste de nature sauvage en mémoire d'éléphants.

elephants-richard.jpg

Ces placides pachas rythment leurs jours avec les rituels du bain et de la conversation boudeuse. Debout dans la boue des mares, ils se saluent d’un signe amical qui ne trompe personne, remuent leurs oreilles parcheminées, et restent là. Ils attendent. Les éléphants n’en font pas des tonnes. Prudents, les autres animaux se tiennent à l’écart de leurs humeurs cacochymes.

A lire sur A part soi.