Très beau billet sur les frontières, ces lignes de fracture qui rapprochent et séparent, où tout s’arrête, où tout commence, que les hommes ne franchissent jamais sans une joie mêlée de méfiance.

fracture-richard.jpg

J’aime ces territoires qui remettent en cause nos certitudes identitaires et renvoient à la part tremblée de nous-mêmes. Frontières comme des contours communs à deux terres que tant peut opposer, espaces transitionnels où l’étranger s’apprête à devenir notre ami, où la différence devient désir. J’aime la frontière que l’on ne franchit pas comme un obstacle mais que l’on passe comme le perron vers une beauté mystérieuse, vers une intimité nouvelle.

A lire sur A part soi.