On n’entre pas n’importe comment dans Barlande. Il y a un archet qui donne des coups sur les cordes, comme on frappe au théâtre avant la levée du rideau puis un long mouvement autour d’une simple note, toujours creusée plus avant, qui fait émerger petit à petit une perspective, un univers vibrant, tant sonore que visuel et qui découvre un territoire, rêvé et concret en même temps. (Alexandre François)

soler-claus-blogotheque.jpg

Gaspar Claus dit au cours de l'entretien : Pedro joue de la guitare flamenca et reste très fidèle à ce style qui fonctionne selon des règles précises et immuables. À l’intérieur de ce carcan rigide, se trouve la possibilité d’une immense liberté. Des philosophes ont développé la notion de liberté négative comme seule liberté possible : il faut construire des frontières, un territoire pour pouvoir jouir d’une liberté à l’intérieur de cet espace fermé. À l’opposé, celui qui n’a pas de limites ne peut jouir de sa liberté puisqu’il ne peut lui donner de forme. C’est le danger auquel je suis exposé avec mon approche de la musique qui ne répond à aucun genre ou style défini.

Pedro Soler, guitariste au flamenco rugueux et rigoureux, et Gaspar Claus, violoncelliste en figures libres...
A écouter et lire sur La Blogothèque.